Couvent des Dames de Sainte-Elisabeth

En 1594, une certaine Isabelle Romillon, laïque et veuve de Pierre de Barthelier, marchand, décide de fonder une communauté religieuse de femmes dans sa maison d’habitation.Sa demeure était située près de la porte d’Avignon, dans le quartier de Villefranche, dans la rue tendant aux Cauquières (aujourd’hui, rue Théophile Jean) et sur les lices la confrontant.

Sainte-Elisabeth, abords

Cette femme était la sœur d’un religieux célèbre à L’Isle, le père Jean-Baptiste Romillon, supérieur des Pères de la Doctrine chrétienne dont le premier institut fut fondé à L’Isle en 1592 par César de Bus.

Isabelle Romillon, grâce à ses biens et à de nombreux dons, va transformer en quelques années sa maison en un couvent. Elle fait construire une église et entourer sa demeure de murailles. Ce premier couvent semble achevé en 1599, date à laquelle l’église est bénie par l’évêque. A l’époque, ce couvent suit la règle des clarisses capucines, ordre religieux fondé dans les années 1530 en Espagne. Cette édification pourrait constituer la première fondation de cet ordre en France (Paris : 1603-1606).

Les débuts de cette communauté furent difficiles à tel point qu’en 1611, le couvent est abandonné, la cloche remise aux consuls de la ville et placée sur la porte d’Avignon.

Isabelle et sa fille Françoise de Barthelier poursuivent néanmoins leur projet de fondation d’une communauté religieuse et obtiennent la confirmation de la fondation d’un couvent en 1611, cette fois dans la ville de Toulouse et sous la règle du tiers-ordre de saint François de Sainte-Elisabeth, ordre fondé au XIIIe siècle par sainte Elisabeth de Hongrie. Mais, accusée de sorcellerie en 1614 et emprisonnée, Isabelle parvient à s’enfuir et à prendre la fuite pour Paris avec sa fille où elle meurt en 1619.

Par testament, elle chargea sa fille Françoise d’ériger un couvent sous la règle du tiers-ordre de sainte Elisabeth à L’Isle.

C’est en 1632 que Françoise, devenue sœur Sainte-Marie, supérieure du couvent de Toulouse, put exécuter les dernières volontés de sa mère. Leur ancien couvent de L’Isle est alors refondé, à son ancien emplacement, sous la règle du tiers-ordre de Sainte-Elisabeth et sous le nom de Saint-Joseph. L’appellation « Sainte-Elisabeth » apparaît dans les années 1730.

Aile conservée du couvent Sainte-Elisabeth © DPI

Au fil du temps, le couvent bénéficia d’agrandissements suite à l’achat de plusieurs bâtiments et jardins annexes. Il était doté d’un vaste et beau jardin alimenté par une roue et une conduite d’eau alimentant la borne-fontaine de la juiverie (place au sud-est de la synagogue). A partir du début du XVIIIe siècle, le couvent comprenait deux parties : celle réservée aux religieuses et celle destinée aux riches pensionnaires laïques. Le cloître de ce quartier était dans le prolongement de celui des sœurs.  Les bâtiments, tout comme le jardin, était entouré de murs relativement élevés pour éviter toute communication avec l’extérieur.

 Au XVIe siècle et à l’aube du XVIIe siècle, cet ordre ne semblait pas encore jouir d’un grand succès en France (1ère fondation répertoriée : 1615), ce qui rend l’histoire de nos fondatrices l’isloises et de leurs couvents – dont celui de L’Isle –, d’autant plus intéressantes.

La communauté perdura jusqu’à la Révolution où elle fut supprimée. Le couvent, dont il subsiste une aile et des vestiges en périphérie de la parcelle, fut vendu en 1796.

C’est à la fin des années 1920 que le célèbre garage Manni fut construit sur une partie de l’espace conventuel.

L'Isle-Diag Manni-3Le garage Manni avant sa démolition, pendant la fouille de diagnostic © DPI

Suite à la construction d’un immeuble avec parking, ce site a fait l’objet, au cours des mois d’août et septembre 2017, d’une fouille archéologique prescrite par les services de l’Etat, financée par la SEGI SAS et conduite par un groupement d’opérateurs d’archéologie préventive, constitué de la Direction du Patrimoine de L’Isle (mandataire) et de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).

Pour de plus amples informations sur les fouilles réalisées sur le site, cliquez sur les liens suivants:

Diagnostic archéologique du garage Manni (2015)

Fouille archéologique du garage Manni (été 2017)