La Rode (2019)

La Rode (2019)

Le domaine de la Rode, vaste ferme aménagée entre le XVIIe et le début du XXe siècle, était jusqu’il y a peu une enclave hors du temps et préservée dans une multitude de zones d’activités commerciales placées au nord du territoire communal. L’immense parcelle doit abriter un lotissement dont les terrassements préalables à la construction ont débuté en octobre 2019. C’est à cette occasion que la Direction du Patrimoine a découvert, à proximité de la vieille bâtisse, quelques vestiges d’occupation antique, identifiés notamment dans une grande excavation destinée à recevoir la fondation d’une grue.

Ces vestiges sont essentiellement constitués d’un épandage de moellons et de tegulae, sans aucune présence de mortie.

Traces de démolition d’une construction rustique (cliché. N. Fourchet, DPI).

A l’évidence, il s’agit du résultat de la démolition d’une construction rustique, difficilement datable, qui pouvait être implantée plus à l’ouest, en bordure de la Sorgue. Dans les autres terrassements voisins, seuls quelques minces traces agraires et un solin ont pu être relevés.

Vestiges d’un solin composé d’argile et de moellons (cliché. N. Duverger, DPI)

Ces traces d’une occupation antique, aussi tenues soient-elles, confirment à nouveau que la plaine environnant L’Isle-sur-la-Sorgue n’était pas un vaste no-man’s land marécageux, comme l’historiographie locale l’a souvent évoqué. D’un point de vue méthodologique, cela montre l’importance d’avoir des équipes compétentes sur place, afin de pouvoir relever en urgence des informations passées entre « les mailles du filet » de l’archéologie préventive. À l’avenir, il conviendra d’étendre la zone de présomption de prescription archéologique dans ces secteurs, certes très urbanisés, mais qui restent encore inexplorés. Le site de la Rode se situe à proximité du quartier de Saint-Antoine, autrefois connu sous le nom de Mènemènes, un village distinct de L’Isle-sur-la-Sorgue, à l’exemple de Velorgues, abandonné au XIVe siècle.